Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Boy Djinné Vs Karim Wade ou Logique Kafkaïenne

Posté par: Toobalist Annonces Gratuites| Jeudi 21 juillet, 2016 04:07  | Consulté 7713 fois  |  1 Réactions  |   

Article Original

Le bon sens voudrait en matière pénale que la sanction soit proportionnelle au crime commis. L’actualité au Sénégal ces derniers jours a été dominé par deux faits notoires: la libération de Karim Wade présumé “ avoir volé des milliards” d’après la CREI et la cavale rocambolesque d’un jeune malfrat nomme Boy Djinné qui a maintes reprises ridiculisé l’administration pénitentiaire du Sénégal en s’échappant de prison plusieurs fois de suite et en prenant refuge en Gambie, situation qui a fini par rendre nos autorites furieuses et en faire une affaire d’Etat.

Entre Boy Djinné et Karim Meissa Wade on peut dresser une certaine similarité : ils sont tous les deux sénégalais, ils sont jeunes et sont tous les deux accusés de crimes.

Boy Djinné est accusé de vol à main armée occasionnant mort d’homme, de s’être évadé de prison et Karim Meissa Wade quand à lui a été accusé de crime économique et de s’être enrichi illicitement détournant des milliards de nos pauvres francs.

La question que l’on se pose ici est de savoir entre les deux crimes lequel nuit le plus au Sénégal et à un impact considérable sur la vie et le futur du citoyen Lambda ?

Certes le vol armé perpétré par Boy Djinné est un crime crapuleux déplorable mais ce crime n’a affecté qu’un petit nombre d’individus et est de loin très insignifiant par rapport aux détournement de milliards dont Karim Wade a été accusé.

Au Sénégal nos bonnes femmes meurent tous les jours en état de grossesse faute de moyen et de couverture médicale, le futur de nos enfants est hypothèqué faute d’infrastructures adéquates, nos étudiants qui constituent une frange importante pour le développement de notre pays ont faim et sont laissés en rade.

Nos jeunes sans aucune alternative de lendemains meilleurs tombent dans le piège de l’exil à l’étranger souvent meurtrier quand ils prennent les pirogues en direction d’une utopique eldorado européenne qui ressemble de nos jours plus à une forteresse qu’à une terre accueillante.

Les milliards qui sont souvent détournés par nos hommes politiques pourraient servir à construire des hôpitaux et sauver des milliers de vie humaines, des centres de formation pour apprendre à nos jeunes d’être autonomes.

Les voleurs de milliards plus que les petits malfrats ont les mains tachés de sang de toutes ces jeunes victimes qui ont perdu la vie à la recherche d’un avenir radieux, dans l’immensité bleue et dont les corps pourris jonchent les plages européennes .

Le vol ou détournement de milliards affecte non seulement la génération d’aujourd’hui mais les générations futures dépouillées avant même d’avoir vu le jour et ne saurait être comparé à un vol armé sporadique.

La question qu’on se pose alors est notre justice est t-elle juste et impartiale ? Qui pourrait m’expliquer pourquoi Boy djinné devra payer de son petit crime alors que nos ministres voleurs de milliards responsables du meurtre de milliers de jeunes qui ont péri sur les berges européennes parce que leur avenir a été hypothéqué hument l’air de la liberté et se pavanent dans les rues de Dakar avec des bolides rutilantes payées avec l’argent du peuple ?

Certes Boy Djinné devra répondre de ses actions et payer son crime mais il y a comme une certaine injustice à vouloir s’acharner sur un petit malfrat juste parce qu’il a ridiculisé notre police et mis a nu les failles d’un système pénitencier obsolète qui a besoin d’un travail d’envergure pour répondre au normes internationales et respecter le droit humain de nos prisonniers qui sont déshumanisés et entassés comme des sardines dans ces goulags sénégalais, alors que d’anciens ministres de la république qui ont dépouillé le peuple ne sont point inquiétés et vaquent à leur occupation ?

Cela n’est –il pas un aveu flagrant d’une justice à deux vitesses ? Une justice pour les faibles, les pauvres, ceux qui n’ont pas un bon marabout qui ferait pression sur les élus et se libérer des mailles de la justice , de l’injustice je voulais dire et une justice pour les hommes politiques et les plus puissants, qui bénéficient de l’intervention de cercles religieux puissants, de lobbys et parfois même d’émirs arabes ?

Qui pourrait m’expliquer pourquoi Cheikh Bethio Thioune et Thione Seck bénéficient de liberté provisoire alors que des centaines de nos prisonniers sortent de nos goulags chaque année les pieds devant après avoir succombé aux sévices de leurs bourreaux geôliers et faute de suivi médical ?

On ne défend point Boy Djinné et certes il doit être jugé et purger sa peine mais on s’insurge contre l’injustice de notre justice à deux poids deux mesures, contre ce système en faveur et au profit d’une certaine Elite qui est intouchable, qui peut voler, piller et assassiner sans être inquiété alors que les auteurs de petit crimes sont privés de liberté et s’entassent dans nos prisons sales et surpeuplées.

Ne sommes nous pas tous égaux devant la loi ? Ou ce principe n’est qu’une leurre pour la justice sénégalaise ?

sandaganews.com

 L'auteur  Toobalist Annonces Gratuites
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (1)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Anonyme En Juillet, 2016 (15:33 PM) 0 FansN°:1
KARIM WADE N EST PAS UN PRESUME MAIS UN VOLEUR CONDAMNE A 6 ANS DE PRISON FERME( libere sous condition?).S IL NE PAIE PAS L AMANDE EN 2019 IL SERA EN FACE DE BOY DJINE.

Ajouter un commentaire

 
 
Toobalist Annonces Gratuites
Blog crée le 12/12/2011 Visité 764320 fois 101 Articles 5431 Commentaires 178 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
A Quel Cheikh se vouer ?
A Mourir de Rire : Pouthie Pathie
Ce que la majorité des Africains ignorent de Mouammar Kadhafi
Le Declin de L'Euro , la mort du CFA
Le Franc CFA, un frein au development des Etats membres