Et si le bitcoin remplaçait le franc CFA ?

  • Source: : Le Monde | Le 07 janvier, 2018 à 00:01:15 | Lu 4379 fois | 22 Commentaires
content_image

CRÉDITS : BENOIT TESSIER / REUTERS

La monnaie virtuelle peut apparaître comme une solution aux limites du système financier en vigueur dans l'ouest du continent. Pas si simple, décryptent le professeur d'économie Jérôme Mathis et le doctorant Daniel Ouedraogo.

Dans un contexte de faible bancarisation et de pénétration accrue de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne, le nombre d'utilisateurs de services bancaires mobiles gagne en importance. Cette tendance ouvre la voie aux cryptomonnaies, notamment de la plus populaire d'entre elles : le bitcoin. Certains observateurs suggèrent qu'il remplace la devise nationale, comme le naira au Nigeria. Un tel scénario est-il souhaitable pour la zone CFA dont la monnaie est sous le feu des critiques ?

Plusieurs raisons expliquent l'engouement actuel du continent africain pour le bitcoin. Les téléphones portables, avec leur lot d'applications mobiles, constituent en certains endroits d'Afrique subsaharienne une alternative à la carence d'infrastructures physiques de services bancaires de proximité (guichets et distributeurs automatiques). Grâce à cette dématérialisation, il n'a, par exemple, jamais été aussi simple pour un citadin de transférer de l'argent à des proches situés en zone rurale. Le service bancaire mobile rend effective la dématérialisation de la chaîne de transfert jusqu'à son dernier maillon : le retrait en espèces. Or c'est justement ce dernier maillon que les cryptomonnaies permettent à leur tour de dématérialiser.

Réduire l'économie informelle
Le recours à une monnaie virtuelle, comme le bitcoin, est ressenti par les utilisateurs comme un gage de sécurité contre le vol. Un risque auquel sont exposés de nombreux commerçants, dont les clients ne disposent pas de carte bancaire, et qui ont pour habitude de détenir de fortes sommes en liquide pour leurs transactions.

Par ailleurs, l'usage d'une monnaie autonome de toute Banque centrale, comme le bitcoin, est vécu en certains endroits comme une opportunité pour les populations de s'affranchir d'une politique monétaire qui serait conduite de manière irresponsable. Tout le monde a en mémoire les épisodes désastreux d'hyperinflation de la République démocratique du Congo en 1994, de ceux du Zimbabwe durant les années 2000 ainsi que ceux vécus par le Venezuela depuis près de trois ans maintenant.

Pour peu que les gouvernements mettent en place des outils de traçabilité, l'adoption d'une cryptomonnaie pourrait contribuer à réduire l'économie informelle. Car les barrières à l'entrée du système bancaire traditionnel, et en particulier l'importance des procédures administratives, découragent de nombreux citoyens d'y adhérer, notamment ceux qui sont faiblement scolarisés.

Nonobstant l'attrait populaire actuel pour la cryptomonnaie en zone CFA, deux précautions majeures nous paraissent indispensables pour accompagner sa diffusion. D'une part, si les utilisateurs accueillent à bras ouverts la sécurité physique offerte par une monnaie dématérialisée, ils s'exposent, bien souvent sans le savoir, à une insécurité d'ordre informatique. Car le monde du bitcoin est, depuis ses origines, peuplé de pirates informatiques détroussant les porteurs de bitcoins qu'ils croisent sur leurs routes de navigation.

De plus, et de manière plus préoccupante pour les victimes, un vol en bitcoin n'est jamais remboursé. L'avantage d'un compte bancaire est que l'établissement financier est chargé d'assurer ses clients, même ceux victimes de piratage informatique. On n'ose imaginer le drame d'un commerçant qui, voulant se prémunir du vol en espèces CFA de la recette d'une journée, opte pour un compte bitcoins en ligne et finit par se fairedérober l'épargne d'une vie. Pour résoudre ce problème, il faudrait que soient développés des produits d'assurance destinés aux comptes détenus en cryptomonnaies.

Volatilité
D'autre part, la valeur des monnaies virutelles en général, et celle du bitcoin en particulier, est très volatile. Certaines d'entre elles voient leur cours chuter jusqu'à les faire disparaître, tandis que d'autres, comme le bitcoin, s'apprécient au point de répandre un désir de spéculation chez le néophyte. La variation des cours fait alors le bonheur des uns et le malheur des autres. La redistribution de richesse s'exerce de manière aléatoire et chaotique, au gré de la valse des comportements spéculatifs. Cette volatilité expose donc tout détenteur de cryptomonnaie à un risque conséquent d'érosion de son pouvoir d'achat.

C'est principalement pour répondre à cet aléa que les monnaies traditionnelles, comme l'euro, le dollar ou le franc CFA, sont pilotées par des Banques centrales. Celles-ci mettent en œuvre de puissants outils pour assurer notamment la stabilité monétaire, quitte à faire usage de leurs réserves de changes bien pourvus en devises et en or. Sur ce plan, la comparaison entre la sécurité offerte par le bitcoin et celle du franc CFA est sans appel. D'un côté, le cours de la cryptomonnaie en vogue n'est soutenu par aucune autorité ni agent économique. De l'autre, le franc CFA est ancré à l'euro, et bénéficie d'une garantie illimitée de convertibilité offerte par la Banque centrale européenne, qui constitue, quoi qu'en disent ses détracteurs, l'une des Banques centrales les plus puissantes du monde. La réduction de la volatilité du cours de la cryptomonnaie devrait donc passer par une gestion centralisée.

Si l'adoption d'une cryptomonnaie comme le bitcoin en zone CFA pourrait permettre de parachever le processus de dématérialisation engagé, sa sécurisation par un système d'assurance implique son intégration au système bancaire actuel. Ce qui s'oppose de front à l'idéologie d'affranchissement de ses créateurs. Mais l'usage en décidera peut-être autrement.

Jérôme Mathis est professeur d'économie à l'Université Paris-Dauphine, auteur du livre La Finance au cœur de nos vies (éd. Le tremplin des idées) et Daniel Ouedraogo est doctorant en économie à l'Université Paris-Dauphine.


Auteur: LE MONDE - Par Jérôme Mathis et Daniel Ouedraogo - Le Monde






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (10)


Khatior-bi En Janvier, 2018 (00:01 AM) 0 FansN°: 1
D'une republique de voleurs on passera a un continent de voleurs.

La raison pour laquelle cette monnaie est si prisee par les hackeurs et par les trafiquants parce que elle est intractable.

Imaginer un moment nos voleurs de dirigeants puissent faire disparaitre la moitie de leurs budgets dans le contenu d'un disque dur ou d'une carte memoire.. Plus besoin de paradis fiscaux. Je vous laisse deviner la suite.
Reply_author En Janvier, 2018 (09:19 AM) 0 FansN°: 1
c'est un projet des illuminatis (francmaçons) mais destines a etre une alternative pour toutes les monnaies du monde. c'est une grande manipulaton ! ces domeraams de jerome mathis et daniel daniel ouedrago sont des francmacons illuminatis. ils travaillent avec le grand maitre illuminati, président de la république du tchad
c'est un projet des illuminatis (francmaçons) mais destines a etre une alternative pour toutes les monnaies du monde. c'est une grande manipulaton ! ces domeraams de jerome mathis et daniel daniel ouedrago sont des francmacons illuminatis. ils travaillent avec le grand maitre illuminati, président de la république du tchad
c'est un projet des illuminatis (francmaçons) mais destines a etre une alternative pour toutes les monnaies du monde. c'est une grande manipulaton ! ces domeraams de jerome mathis et daniel daniel ouedrago sont des francmacons illuminatis. ils travaillent avec le grand maitre illuminati, président de la république du tchad
c'est un projet des illuminatis (francmaçons) mais destines a etre une alternative pour toutes les monnaies du monde. c'est une grande manipulaton ! ces domeraams de jerome mathis et daniel daniel ouedrago sont des francmacons illuminatis. ils travaillent avec le grand maitre illuminati, président de la république du tchad
Reply_author En Janvier, 2018 (18:34 PM) 0 FansN°: 2
encore un renegat sous les ordre de la métrople par le canal lemonde
Reply_author En Janvier, 2018 (20:16 PM) 0 FansN°: 3
il nous faudra avoir notre propre monnaie virtuelle, pour accompagner notre économie numérique. des etats comme israël et singapour travaillent déjà sur la question.

pour rester dans la course nous devons maîtriser la technologie blockchain
l'intelligence artificielle et les algorithmes. aujourd'hui dans nos villages les gens utilisent des smart phones, ils ne savent même pas à quoi ressemble une ligne de téléphone fixe.

arrêtons les bla ! bla ! et osons le saut qualitatif à l'image de nos parents dans les villages.
Reply_author En Janvier, 2018 (22:02 PM) 0 FansN°: 4
mdr tu te fait trop d idées enfet..va te renseigner sur le concept de blockchain tub reviendras supprimer ton commentaire
Pitch En Janvier, 2018 (01:35 AM) 0 FansN°: 2
Vous avez une couche de k onnerie innomable...

prenez des bananes et retournez dans la brousse

1-limité à 21 millions d'unités

2-les "mineurs sont la Chine et la Russie

allez cherchez "mineurs" sur google et allez commenter la lutte..."

"mineurs", qui consacrent une très grosse puissance de calculinformatique à traiter les transactions dans cette crypto-monnaie et sontrémunérés via des bitcoins nouvellement créés ? Surprise : ils se trouvent pourla plupart... en Chine, qui pèse 80% de l’activité mondiale de "minage", trèsloin devant l’Islande ou le Japon !La deuxième économie mondiale fabrique en effet du matériel informatiquedédié (des serveurs tournant sur des puces économes en énergie), déployé dansdes milliers de centres informatiques. Mais sa domination écrasante estcontestée par… la Russie.Un collaborateur de Vladimir Poutine, Dmitry Marinichev, cherche à leverl’équivalent de 100 millions de dollars en cryptodevises, pour mettre le turbosur le minage. Sa société Russian Miner Coin donnera à ses investisseurs 18% des revenus générés par son activité.Le conseiller internet du Kremlin a, selon Bloomberg, expliqué en conférencede presse :"La Russie a le potentiel de capter 30% du marché global du minage decrypto-monnaies dans le futur."

Reply_author En Janvier, 2018 (09:22 AM) 0 FansN°: 1
mon frère il ne faut pas te laisser cloisonner par le titre. l'important ici c'est la capacité de créer une monnaie virtuelle, utilisable aussi bien dans le monde virtuel, que dans le monde réel. tout comme on a un grand nombre de monnaies dans le monde réel, il faut s'attendre à une multitude de monnaies virtuelles et à ce que certaines monnaies servent de référence.

je te l'accord le titre devait être : a quand notre monnaie virtuelle ? ou quelque chose du genre. le fait est que l'usage d'une monnaie virtuelle ne se demande pas et ne se décide pas par une administration. c'est la puissance du blockchain et de l'open source.
Anonyme En Janvier, 2018 (02:42 AM) 0 FansN°: 3
Quelle insulte à notre continent ! Sale babtous, votre avis gardez le. On ne vs a rien demandé. Sene tiote. :taala_sylla:  :sunugaal: 
Anonyme En Janvier, 2018 (06:39 AM) 0 FansN°: 4
CEST QUOI MEME BITCOIN?
Oustaz En Janvier, 2018 (07:25 AM) 0 FansN°: 5
En tout cas les crypto monnaies sont une alternative fiable a nos devises locaux,mais il faudra une volonte politique pour l'implimenter....
Anonyme En Janvier, 2018 (07:34 AM) 0 FansN°: 6
Dans un continent ou l'internet est un luxe !

Dakar est a la croisee de la plupart des cables sous marins de telecom et l'internet b'day meme pas accessible aux ecoliers.

Les assurances privees sont une fiction pour les Senegalais...

Alors Bonne chance pour le bitcoin!
Papi En Janvier, 2018 (08:37 AM) 0 FansN°: 7
N'importe quoi !! Soyons sérieux :sunugaal: 
Reply_author En Janvier, 2018 (23:32 PM) 0 FansN°: 1
les gens sérieux seront toujours derrière les rêveurs. au fait dans nos villages les gens ont des smart phones. des pays comme le kenya sont plus en avance que la france sur les transactions électroniques. il faut regarder tout l'univers du virtuel, pour bien se prononcer....
Anonyme En Janvier, 2018 (09:02 AM) 0 FansN°: 8
Laissez nous tranquilles avec vos analyses à la con! certains soient disant économistes n'ont aucun thème de prédilection que le Franc CFA.
Reply_author En Janvier, 2018 (09:18 AM) 0 FansN°: 1
c'est un projet des illuminatis (francmaçons) mais destines a etre une alternative pour toutes les monnaies du monde. c'est une grande manipulaton ! ces domeraams de jerome mathis et daniel daniel ouedrago sont des francmacons illuminatis. ils travaillent avec le grand maitre illuminati, président de la république du tchad
Anonyme En Janvier, 2018 (14:14 PM) 0 FansN°: 9
Anonyme En Janvier, 2018 (17:11 PM) 0 FansN°: 1
quoi qu'il en soit le monde des cryptomonnaies sera une révolution mondiale semblable à celle de l'internet dans notre vie, mais il est trop dangereux d'en faire une monnaie sous régionale en raison de sa volatilité.
Quantanalyst En Janvier, 2018 (22:16 PM) 0 FansN°: 10
Il faut commence par adopter la technologie dans son ensemble et optimiser les tranfers de technologie.Il faut une infrastructrue technologique considerable pour supporter le Bitcoin.Le Bitcoin ne remplit pas toutes les fonctions d'une monnaie en sus son ecosysteme est tres limite.Une monnaie qui peut fluctuer de plus de 20 % en jour n'est pas du tout une monnaie. Jamie Dimon le patron de JP Morgan disait ceci a propos du Bitcoin durant une emmission sur CNBC :"If you're stupid enough to buy bitcoin, you'll pay the price one day".Il y a des experts financiers qui pensent que cette rue vers le Bitcoin est un signal de l'euphorie qui anime les marches financiers internationaux. C'est a dire que les valuations boursieres ont atteint un point d'inflection en termes de P/E (price, earning) ou CAPE (cyclical adjusted PE). Grosso modo c'est ce que Alan Greenspan appelait les dangers d'une "exhuberance irrationnelle".
Reply_author En Janvier, 2018 (09:28 AM) 0 FansN°: 1
il faut garder en tête que l'économie virtuelle a besoin de monnaies virtuelles et que les monnaies physiques (fiduciaires) ne sont pas sans risques.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com