Trump menacé de destitution ?

  • Source: : Huffingtonpost.fr | Le 19 mai, 2017 à 21:05:40 | Lu 6886 fois | 5 Commentaires
content_image

AFP - Ce qui rapproche et ce qui éloigne Donald Trump d

Trump menacé de destitution ? Ce qui le rapproche et ce qui l'éloigne d'un nouveau Watergate. Le milliardaire aime se comparer à Richard Nixon, un de ses modèles politiques. Le suivra-t-il jusqu'au bout ?

Pas un jour ne passe sans que de nouvelles révélations ne viennent fragiliser la présidence de Donald Trump. Accusé d'entrave à la justice, notamment après le limogeage du patron du FBI, et d'avoir divulgué des informations top secrètes aux dirigeants russes, le président américain est plus que jamais sous le feu des critiques. Des voix -pour le moment marginales- s'élèvent même pour demander l'ouverture d'une procédure de destitution au Congrès.

Des événements qui font forcément souffler un parfum de "Watergate"' sur la Maison-Blanche. À partir de 1972, une série d'articles dévoilait que des micros avaient été installés dans les bureaux du parti démocrate. Directement mis en cause, le président républicain Richard Nixon était poussé à la démission en 1974.

"Sur une échelle de 10 de l'apocalypse au sein de notre système gouvernemental, je mettrai un 9 au Watergate. Ce scandale russe se situe quelque part entre le 5 et le 6, selon moi, mais il croît en intensité à chaque heure. Et nous pourrions nous retourner et découvrir, qu'à la fin, c'est au moins aussi gros que le Watergate", explique l'ancien journaliste vedette de CBS, Dan Rather, dans un long message publié sur Facebook.

De réels points communs

L'évolution des deux scandales -partis tous les deux d'informations avec une portée limitée et qui ont pris une ampleur nationale puis internationale- vient soutenir cette comparaison et l'avènement possible d'un "Kremlingate".

Le limogeage du responsable de l'enquête

Le dernier épisode a commencé le 9 mai 2017, avec le limogeage soudain du directeur du FBI, James Comey. Donald Trump a d'abord donné comme motif la gestion de l'affaire des emails d'Hillary Clinton avant d'admettre qu'il avait depuis longtemps décidé de se débarrasser de James Comey, dont le mandat courait jusqu'en 2023. Le locataire de la Maison Blanche étant exaspéré par la persistance de l'enquête sur une éventuelle collusion entre des membres de son équipe de campagne et la Russie.

En réponse à cette tentative d'étouffement de l'affaire, la Justice américaine a nommé Robert Mueller, un procureur spécial respecté, chargé de poursuivre et de garantir l'indépendance de l'enquête sur ces éventuelles collusions entre le président américain et la Russie.

En 1973, Richard Nixon ne s'était pas embarrassé de ce "procureur spécial" en le poussant à la démission. Le magistrat était, lui aussi, chargé d'enquêter sur le scandale qui allait entraîner la chute du républicain quelques mois plus tard. Un épisode baptisé le "massacre du samedi soir (Saturday Night Massacre)" par les médias.

"L'histoire se répète. Nixon a lui aussi viré l'homme qui enquêtait sur lui."

Les mêmes médias à l'origine des révélations

Puis on a découvert mardi 16 au soir, dans le New York Times, que Donald Trump aurait demandé en février au patron du FBI de classer l'enquête sur Michael Flynn, son éphémère conseiller à la sécurité nationale soupçonné de liens troubles avec la Russie. James Comey aurait consigné cette tentative d'étouffer une enquête dans des notes, qui ont commencé à fuiter.

Quelques heures avant ces révélations, le Washington Post affirmait que Donald Trump avait révélé des informations hautement classifiées au chef de la diplomatie russe et à l'ambassadeur de Russie aux Etats-Unis lors d'une récente rencontre à la Maison Blanche. En 1972, ce sont également deux journalistes du Washington Post -aidés par un mystérieux informateur surnommé "Deep Throat"- qui avaient révélé le scandale du Watergate.

Des différences cruciales

Malgré ces points communs, les deux affaires ne sont pas semblables sur le plan juridique ni sur le plan politique. L'horizon d'une éventuelle procédure de destitution semble encore très lointaine.

La base populaire de Donald Trump se resserre

Selon les derniers sondages, la côte de popularité de Donald Trump avoisine les 40%. Un chiffre faible lorsqu'on le compare avec ceux de ses prédécesseurs, mais qui ne reflète pas la réalité et le soutien populaire dont bénéficie le président américain, selon le spécialiste des États-Unis Jean-Eric Branaa. "La base électorale de Donald Trump est en train de se resserrer dans l'adversité. Il est encore entendu par ses supporters qui croient à ses thèses complotistes", détaille-t-il au HuffPost.

Dans de nombreux États américains comme l'Ohio, "Trump gagne en popularité", explique même le maître de conférence à l'université de Paris II Assas. Ainsi, les élus de ces territoires réfléchiront à deux fois avant de se prononcer en faveur d'une procédure de destitution et donc de se mettre à dos le milliardaire. Une base qui a sans doute fait défaut à Richard Nixon lors du Watergate.

Une situation politique favorable

En plus de cet électorat indéfectible, le président américain peut compter sur une situation politique confortable. "Il possède le Congrès, la Chambre des représentants et 34 des 50 gouverneurs sont aujourd'hui républicains", explique Jean-Eric Branaa qui résume: "Donad Trump est dans une position très favorable."

Le républicain Richard Nixon devait au contraire faire face à une majorité démocrate au Congrès. Un terrain politique nettement plus propice aux procédures de destitution, qui nécessitent uniquement la majorité relative pour être ouvertes.

Rien de prouvé

Le dernier facteur qui semble éloigner cette perspective est que, pour le moment, aucune des allégations avancées par les médias n'est prouvée. Jean-Eric Branaa va plus loin en expliquant que même si les faits étaient avérés, ils ne sont pas illégaux. Et évidemment, le président américain n'hésite pas à le faire savoir. "Il a le droit de licencier le directeur du FBI comme de déclasser des informations jadis 'top secrètes'", explique le spécialiste des États-Unis.

Dans ce contexte ô combien particulier, Donald Trump quitte les États-Unis ce vendredi 19 mai pour un déplacement périlleux -cinq pays à visiter en huit jours- qui sera scruté à la loupe dans les capitales du monde entier. Mais, quelles que soient les images fortes qui resteront de son périple, il aura du mal à faire oublier les affaires qui font trembler sa présidence.

Pour Bruce Riedel, ancien de la CIA aujourd'hui analyste de la Brookings Institution, la comparaison qui vient naturellement à l'esprit est celle du voyage de Richard Nixon au Proche-Orient en 1974, qui espérait un succès diplomatique "pour détourner l'attention du scandale du Watergate".

"Cela n'a pas fonctionné, les médias américains se sont concentrés sans relâche sur le Watergate. Ils ont traité le voyage comme quelque chose d'accessoire, et les révélations ont continué à s'accumuler."


Auteur: Anthony Berthelier - Huffingtonpost.fr






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (3)


Anonyme En Mai, 2017 (00:22 AM) 0 FansN°: 1
"Le limogeage du responsable de l'enquête".Suivez mon regard, avec le limogeage de Nafi Ngom Keita de L'IGE,qui enquêtait sur le frere et les proches du president Macky Sall.C'est triste qu'au Senegal,il n'y a pas de procureur special courageux et capable de diriger une telle action pour l'intêret du peuple et la recherche de la verite.Il y a une tres grande ressemblance avec notre marionete nationale(dixit son frere Aliou Sall) qui lui brave les ressources du pays aux tireurs de ficelles et hypotheque l'avenir des generations futures,Pauvre Afrique!!!
Reply_author En Mai, 2017 (00:59 AM) 0 FansN°: 1
tu mens comme tu respire cest pas l"ige deja cest ofnac
quand aliou sall travaillait sur le petrole cetait au temps de abdoulaye wade pas de macky sall sale menteur de merde
Anonyme En Mai, 2017 (08:46 AM) 0 FansN°: 2
Arrete de vouloir defendre le diable.Nafy Ngom Keita a ete a' l'IGE puis a' l'OFNAC.Au temps de Wade, Aliou Sall etait a' l'ambassade du Senegal en Chine.Tu mens tres mal.Une autre ressemblance patetique:vous essayez de verser tous vos erreurs sur Wade.De la même maniere Trump essaie de tout mettre sur le dos d'Obama.Heureusement que les USA est un grand modele de democratie;different du Senegal ou' vous avez jete tous les acquis democratiques aux calandes greques,pour vouloir instaurer une dictature.Mais le peuple est devenu mûr.
Afrique Sans Tabac En Mai, 2017 (21:21 PM) 0 FansN°: 3
Donald Trump perdra tous ses soutiens un à un , il démissionnera comme Richard Nixon, ou il sera destitué

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com