Quand la magie des « Sorciers blancs » a du mal à opérer

  • Source: : Le Soleil | Le 27 janvier, 2017 à 18:01:05 | Lu 1494 fois | 2 Commentaires
content_image

Quand la magie des « Sorciers blancs » a du mal à opérer

Souvent en mal de reconnaissance chez eux, certains techniciens européens voire sud-américains débarquent de plus en plus sur le continent africain pour se faire un nom. Ou plutôt un surnom : celui de « Sorciers blancs ». Mais, sur cette Can « Gabon 2017 », ces chercheurs de gloire sont à la peine ; alors que les entraîneurs du cru parviennent à tenir la route tant bien que mal.

Franceville (Gabon) : Il faut vraiment croire à cette histoire de « Sorciers blancs » pour oser confier son équipe nationale à un technicien blanc à seulement 43 jours d’une compétition aussi prestigieuse que la Can. Sinon, comment comprendre que le Gabon, pourtant pays-hôte de cette épreuve, se soit permis une telle fantaisie avec l’Espagnol José Antonio Camacho ? Un entraîneur qui, en plus, n’avait aucune expérience africaine préalable, même s’il a eu à diriger le … Real Madrid. Logiquement donc, le mirage espéré ne s’est pas produit pour les Panthères qui ont étalé leurs limites lors de leurs 3 matches de groupe.

Bien mieux lotis techniquement étaient les Fennecs d’Algérie, mais là non plus la magie du « Sorcier blanc » n’a pas prospéré. Revenu à la tête de l’équipe nationale d’Algérie en fin octobre alors que la qualification à la Can était déjà acquise, le Belge Georges Leekens avait hérité d’un groupe qu’on disait taillé pour mettre fin à 27 ans de traversée du désert. Las ! Malgré toutes les stars qu’il avait à disposition, l’ancien sélectionneur de la Tunisie a essuyé un cuisant échec (2 nuls et une défaite) qui l’ont poussé à rendre le tablier au lendemain de son élimination de la course aux quarts de finale. Pour se tailler une réputation de « Sorcier blanc », Leekens devra donc repasser. Et il n’est même pas sûr que l’envie de revenir sur le continent africain le reprenne de sitôt vu le traitement de faveur que lui a réservé la virulente presse sportive algérienne.

Egalement taillé par la presse spécialisée de son pays d’accueil, le Français Michel Dessuyer avec qui, pour la première fois depuis cinq éditions, les Eléphants de Côte d’Ivoire ne sont pas passés en quarts de finale. Un crime de lèse-majesté pour les champions d’Afrique en titre d’autant moins pardonnable que le technicien n’a pas l’excuse d’avoir tardivement hérité de son  groupe. Depuis un an et demi qu’il avait succédait aux manettes techniques à son compatriote Hervé Renard, l’ancien sélectionneur du « Sily » national de Guinée avait le temps et de multiples occasions d’imprimer sa marque. Ou, au moins, de gérer les acquis et la continuité, malgré les départs à la retraite de plusieurs piliers de l’équipe. Il est vrai qu’il est très difficile de prendre le relais de quelqu’un qui a conforté sa réputation de « Sorcier blanc ». Son prédécesseur au poste, Hervé Renard, avait en effet vite et bien appris à l’ombre de son « maître », Claude Le Roy qu’il a dépassé au nombre de victoires finales (deux avec la Zambie et la Côte d’Ivoire contre une avec le Cameroun) en trois fois moins de temps, avant de le virer de cette Can. Renard qui, d’ailleurs, semble disposer d’une botte secrète pour ne pas dire d’une formule magique pour transformer les équipes dont il a la charge. A l’image des Lions de l’Atlas du Maroc qu’il a qualifiés dans le groupe C de la Côte d’Ivoire malgré le forfait de joueurs importants tels Belhanda, Tanane, Boufal et autres Hadaad.

Boucler la boucle

Ce qui devrait être une maigre consolation pour Claude Le Roy qui a mis le pied d’Hervé Renard à l’étrier africain et ghanéen lors de la Can 2008. Car, il a beau soutenir « travailler pour la Can 2019 » pour boucler la boucle au Cameroun où son aventure sur le continent avait débuté en 1986, l’ancien sélectionneur du Sénégal et du Cameroun aurait aimé finir à une bien meilleure place que la 15ème (1 point), ne devançant que l’Ouganda. En fait, depuis son unique titre avec les Lions indomptables du Cameroun et malgré 8 Can, Le Roy a du mal à justifier son surnom de « Sorcier blanc ».

Pourtant, il est deux autres techniciens habitués de l’Afrique qui paieraient cher pour avoir ne serait-ce que cette unique ligne de gloire à leur palmarès. D’abord le Français Alain Giresse déjà passé par le Gabon et qui vient d’être renvoyé à ses copies pour la deuxième fois de rang dès la fin du premier tour. Il avait échoué après 3 matches avec le Sénégal il y a deux ans en Guinée équatoriale, rebelote cette année au Gabon avec les Aigles du Mali. « Gigi » n’a pas su rééditer son exploit de 2012, lorsqu’il avait conduit cette même équipe malienne sur la troisième marche du podium continental. Et court donc toujours derrière la « formule – miracle » qui fait la légende des « Sorciers blancs ».

Un qui doit croire en sa bonne étoile : le Portugais Paulo Duarte. Le coach des Etalons a dû attendre son huitième match en phase finale de Can avec le Burkina Faso (1 nul et 1 défaite en 2010 en Angola du fait du forfait du Togo et 3 défaites en 2012 en Guinée équatoriale) pour signer sa première victoire. Un succès (2 – 0) face aux « grands commençants » qui a d’ailleurs propulsé son équipe en tête du Groupe A devant le grand Cameroun. Sans parler du Gabon pays hôte désormais réduit à regarder « sa » Can se poursuivre sans lui. Cependant, Duarte a du chemin à parcourir avant de mériter le presque dévoyé titre de « Sorcier blanc ». A la tête de la même équipe du Burkina Faso, le Belge Paul Put avait été jusqu’en finale de la Can 2013 en Afrique du Sud. Et il ne s’était trouvé personne pour lui coller le sobriquet de « Sorcier blanc ».

D’un de nos envoyés spéciaux 
B. Khalifa NDIAYE


Auteur: B. Khalifa Ndiaye - Le Soleil


Commentaire (2)


Anonyme En Janvier, 2017 (20:13 PM) 0 FansN°: 1
Le pouvoir du blanc n est rien d autre que mensonges. C est une race qui a legitime la violence pour voler le bien des autres sur les continent du monde. Sinon, la race blanche est la race la plus lache et indigne des creatures sur terre.
Bo En Janvier, 2017 (22:27 PM) 0 FansN°: 2
Sorcier blanc ou Mercenaire

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com