Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Traque des Bien mal acquis ou autodafé politique ?

Posté par: Toobalist Annonces Gratuites| Jeudi 30 juin, 2016 07:06  | Consulté 11814 fois  |  0 Réactions  |   

Article Original

 

« Deukeu bi dafa macky « (le pays ne marche pas ou la vie est dure au Sénégal à cause de la conjecture économique), tel est le slogan en vogue au pays de la Teranga.

Le 25 Mars 2012 en portant Macky Sall au pouvoir, le peuple sénégalais voyait en lui le sauveur, celui qui allait régler tous leurs problèmes, le rempart contre la dévolution monarchique du pouvoir que concoctait son prédécesseur.

Dès les premiers jours de sa prise de pouvoir le président Macky Sall a pris des décisions courageuses parmi lesquelles la lutte contre la corruption et la traque des biens mal acquis accompagnées d’une politique de sobriété en contraste avec le précédent régime marqué par une bamboula et détournement des deniers publics et entaché par la corruption.

Après une année et 6 mois au pouvoir, le régime actuel peine toujours à trouver sa voie et mettre en place une politique de développement socio-économique cohérente qui pourrait atténuer les souffrances du peuple sénégalais. Certes en moins de deux ans de gouvernance ce serait une illusion de croire que tous les problèmes du pays seraient résolus en ce bout de temps, cependant l’on doit être en mesure d’escompter des esquisses de changement et l’amélioration des conditions de vie du gorgoolou sénégalais, mais force est de constater que la souffrance et la misère des couches sociales défavorisées ne s’est point amélioré avec le nouveau régime en place.

Si la politique d’assainissement et de traque des bien mal acquis est à saluer , le régime en place en qui le peuple sénégalais a mis sa confiance au soir du 25 Mars 2012 ne devrait pas perdre de vue les priorités du peuple qui sont entre autres : l’allègement des conditions de vie , la réduction des denrées de première nécessité, la résolution du problème énergétique et des inondations, l’emploi des jeunes, l’éducation , la crise au Sud du pays , le désengorgement de la capitale etc…

La traque des biens mal acquis et la lutte contre la corruption sont des actions très louables du régime en place, mais ne devraient point être l’ossature maitresse de la politique gouvernementale de Macky Sall ni sombrer dans les eaux marécageuses et nauséabondes d’une chasse aux sorcières maquillée.

Une justice juste devrait être insensible à l’appartenance politique d’un accusé et la présomption d’innocence de tout accusé doit être protégée jusqu’à ce que sa culpabilité soit établie.

La traque des biens mal acquis ne devrait point être une épée de Damoclès dont on se servirait pour mettre au pas toute opposition politique au risque de sombrer dans un despotisme tant décrié.

Au train où vont les choses, la traque des biens mal acquis a bel et bien des relents politiques, sinon comment pourrait -on expliquer que certaines personnes qui ont eu a occupé des postes de responsabilité dans l’ancien régime, issues de familles modestes et qui se sont enrichies en en temps record ne soient point inquiétés et que par contre des membres influents du PDS soient en prison sous un motif discriminatoire de la traque des biens mal acquis ?

A bien vrai dire et pour souci d’être juste et impartial toute personne qui a eu a occupé une position influente de l’ancien régime et qui s’est enrichi devrait être audité et traduite en justice si coupable, à commencer par l’actuel chef d’état qui a reconnu avoir bénéficié des largesses de son prédécesseur. Comment s’expliquer la fortune soudaine de Macky Sall qui a eu a occupé des positions très importantes dans le PDS et l’ancien régime d’Abdoulaye Wade si l’on sait que ce dernier n’était pas si bien nanti avant l’an 2000 ? Le Président Macky Sall qui a eu à être chef de gouvernement du régime d’Abdoulaye Wade du 21 Avril 2004 au  19 Juin 2007 est à bien des égards aussi responsable de la politique de gabégie de l’ancien régime.

L’on comprend que du à sa station actuelle le Président de la république ne pourrait être audité  pour faire la lumière sur les biens qu’il a acquis sous le règne du PDS, cependant tout esprit critique et impartial se poserait la pertinence de la traque des biens mal acquis si l’on sait que l’actuel président Macky Sall détient des biens estimés a des milliards qu’il a eu accumulés sous le règne du PDS et que les salaires de ses différents fonctions sous l’ancien régime ne justifierait point une telle fortune en si peu de temps.

Serait –il très tôt pour tirer la sonnette d’alarme avec la morosité économique du pays et les errements de l’actuel gouvernement qui tarde à mettre en place une politique socio-économique cohérente et viable susceptible d’alléger la souffrance des populations et mettre le Sénégal sur les rails du développement ?

Serait-t-il très tôt pour tirer la sonnette d’alarme avec la lenteur d’une administration bureaucratique qui ne répond pas aux correspondances légitimes de ses administrés ?

Serait-t-il très tôt pour tirer la sonnette d’alarme avec un gouvernement dont le ministre porte-parole Abdou Latif Coulibaly et le responsable  du service de la communication Jules Diop font tous deux partis des plus virulents pourfendeurs du régime précédent et qui se sont retrouvés du côté de l’autre barrière dès les premières lueurs d’un changement de régime?

Un ministre porte-parole qui commet une faute de déontologie en se prononçant sur une affaire de drogue qui mouille de hauts fonctionnaires de la police et qui prend parti alors que l’affaire est pendante devant la justice ?

Un responsable de communication qui nous a naguère habitués à ses sorties virulentes contre l’ancien régime d’Abdoulaye Wade et prompte à dégainer sa plume à la moindre entorse pour défendre les intérêts de son peuple nous disait-il, mais muet comme une carpe aujourd’hui.

L’on comprend  que sa position actuelle dans l’attelage gouvernemental ne lui permet pas de se prononcer sur certains sujets, mais serait-il décent de cautionner  ou de regarder de l’autre coté au sujet de certaines pratiques farouchement combattues  sous le régime d’Abdoulaye Wade ? Le combat contre Abdoulaye Wade et son régime était –il un combat pour le bien être du peuple sénégalais ou un combat personnel, un strapontin pour un avenir politique radieux ?

Serait-il très tôt pour tirer la sonnette d’alarme en presque 2 ans de gouvernance de l’actuel régime de Macky Sall  et déjà éclaboussé par une affaire de drogue et corruption opposant de hauts fonctionnaires de la police et qui n’a pas encore trouver son épilogue ? Un régime accusé de népotisme par l’opposition et accuse de faire de l’état une affaire familiale en nommant des proches aux postes clés.

Seul l’avenir nous édifiera si le peuple sénégalais a fait le bon choix au soir du 25 Mars 2012, mais pour l’instant le Gorgoolou sénégalais est toujours en train d’arpenter les rues engorgées de Dakar, sous un soleil ardent à la  quête éternelle de sa pitance …

Comme l’on dit dans la langue de Shakespeare  : Wait and see…

Sandaganews.com

«  En vérité Dieu ne change l’état d’un peuple que si ce peuple change en lui-même «

 L'auteur  Toobalist Annonces Gratuites
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés: CREI BIEN MAL ACQUIS
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Toobalist Annonces Gratuites
Blog crée le 12/12/2011 Visité 765908 fois 101 Articles 5575 Commentaires 178 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
A Quel Cheikh se vouer ?
A Mourir de Rire : Pouthie Pathie
Ce que la majorité des Africains ignorent de Mouammar Kadhafi
Le Declin de L'Euro , la mort du CFA
Le Franc CFA, un frein au development des Etats membres